Quand la musique est la meilleure médecine

Quand la musique est la meilleure médecine

octobre 4, 2019 0 Par Pierre

Les musicothérapeutes peuvent répondre aux besoins spirituels, psychologiques et esthétiques des personnes atteintes en produisant des sons qui témoignent du fait que la beauté continue d’exister dans le monde.

Quand Emily Caudill a appris qu’elle avait une tumeur des cellules germinales ovariennes à l’âge de 25 ans, elle ne voulait pas subir de chimiothérapie. Violoniste accomplie, elle savait que la perte auditive est un effet secondaire courant de certains produits chimiques – si courant que les médicaments nocifs pour l’oreille ont acquis un adjectif : ils sont ototoxiques.

Parce que la mère de Mme Caudill s’est effondrée en larmes, elle a accepté un cycle de perfusions. Huit mois plus tard, une récidive a entraîné une greffe de moelle osseuse. Mme Caudill n’est pas apparue sans signe de maladie, mais elle n’a pas pu entendre de fréquences plus élevées : chants d’oiseaux, voix d’enfants, son propre violon. Elle s’est qualifiée pour des prothèses auditives (pas toujours efficaces), ce qui, en plus d’un léger accident vasculaire cérébral induit par le traitement, signifiait qu’elle devait reconceptualiser sa vie.

Bien qu’elle doive renoncer à une carrière d’interprète, Mme Caudill a constaté qu’elle pouvait sentir les vibrations du violon dans son menton et sur son cou. Au secondaire, elle avait lu un article sur l’approche Nordoff-Robbins de la musicothérapie, qui fournit des techniques permettant aux personnes handicapées de devenir des participants actifs. Après avoir regardé le documentaire “Touch the Sound” sur la percussionniste sourde Evelyn Glennie, elle a décidé de suivre une formation de musicothérapeute diplômée et a fini par travailler dans l’un des centres anticancéreux où elle avait reçu des soins : Le Simon Cancer Center de l’Université de l’Indiana, où je suis traité.

J’ai rencontré Mme Caudill pour la première fois lors d’un atelier d’écriture où elle a partagé son histoire. L’automne dernier, elle m’a offert de me montrer comment cette approche non invasive et non pharmacologique pourrait aider d’autres patients.

Elle m’a emmenée voir une patiente qui avait été infirmière pendant près de 30 ans avant qu’on me diagnostique une leucémie lymphoblastique aiguë. Après que Mme Caudill eut revérifié le consentement de la patiente à ce que la séance soit observée, nous sommes entrés dans sa chambre d’hôpital sombre et nous nous sommes assis de chaque côté d’elle.

Mme Caudill a déballé ce qui ressemblait à un dulcimer mais s’est avéré être une harpe à rêverie. L’accord pentatonique de l’instrument en bois permet à chacun d’en jouer sans produire de dissonance. Bientôt, le patient et moi nous sommes penchés en arrière, écoutant les cordes pincées qui accompagnaient la voix de Mme Caudill. Elle nous a guidés à travers une méditation comme celles que l’on fait souvent à la fin des cours de yoga. Pendant environ 10 minutes, je me suis concentré sur l’inspiration et l’expiration pendant les notes descendantes et ascendantes, sur la relaxation de mes membres et sur le relâchement des pensées parasites.

L’infirmière malade, essuyant les larmes de sa joue, a expliqué qu’elle essayait de faire la paix avec sa décision de continuer la chimiothérapie, mais de ne pas subir une greffe de moelle osseuse. Lors de ma permission, nous avons tous les deux pleuré, en nous souhaitant bonne chance à l’autre.

Mme Caudill et moi sommes ensuite allées dans une salle de conférence pour discuter de musicothérapie avec mon mari, Don, et notre amie Alexandra, qui s’est engagée dans le ministère musical. La musique doit être une forme de thérapie particulièrement efficace, supposait Don, car elle exprime et crée directement des émotions. Alexandra a accepté. Chantant dans une chorale pour et avec des personnes atteintes de démence, elle a été témoin d’hommes et de femmes âgés qui ne se souvenaient pas de leur propre nom et qui se souvenaient mot pour mot des paroles d’hymnes aimés.

“La musique éclaire les neurones entre les hémisphères droit et gauche du cerveau “, a déclaré Mme Caudill. “Il peut aussi aider à la neuroplasticité, en aidant le cerveau à former de nouvelles connexions.” La musique, qui soulage le stress, est utilisée pour récupérer la parole, améliorer la marche et aider à retrouver la mémoire. Les mélodies populaires et classiques peuvent être modifiées à l’infini pour s’adapter à différents contextes et goûts.

Parfois, les patients déprimés sont encouragés à composer de nouvelles paroles pour une chanson préférée qui peut ensuite transmettre leurs réactions à leur état. Mme Caudill a enregistré un patient atteint d’un lymphome chantant sa version de “In My Blood” de Shawn Mendes et lui a donné à sa sortie un MP3 de son nouvel “hymne” : “Parfois, j’ai l’impression que je devrais abandonner, mais je ne peux pas. Ce n’est pas dans mon sang.”

D’autres grattent la harpe à rêverie avec Mme Caudill ou fredonnent pendant qu’elle accompagne à la guitare. Elle a battu avec des parents en attendant les décisions médicales d’un membre de sa famille. Un homme a demandé de l’aide pour choisir la musique de son propre mémorial ; Mme Caudill qualifie cet héritage d’œuvre et ajoute qu’il s’agit aussi de faciliter l’examen de la vie, de rappeler et d’aider à la clarification des valeurs et des croyances par des discussions sur les paroles des chansons.

Dans “Musicophilia : Tales of Music and the Brain “, le célèbre neurologue s’est inspiré de l'” énorme corpus en pleine croissance des travaux sur les fondements neuronaux de la perception et de l’imagerie musicales ” qui ont commencé à évoluer dans les années 1980. Il cherche à expliquer pourquoi les personnes atteintes de lésions cérébrales, d’épilepsie, d’Alzheimer, de Parkinson, d’autisme et d’AVC ” peuvent réagir